Poésie française: een poëtisch stukje van mijn ziel

Ik uit mijn gevoelens in de ontwerpen van moderne of surrealistische kunstmeubels maar ook met pen en papier. Mijn hersenspinsels schrijf ik neer in het Frans, een rijke taal die de juiste teneur heeft om mijn gedachten te uiten. Laat u op deze pagina mee voeren in mijn proza en poëzie vanuit Grimbergen… In mijn wereld van taal en geniet van een poëtisch stukje van de ziel van Perignon Art.

REGARD INTIME

Sa tête, reposant sur moi
Enfoui derrière les paupières,
son regard a mille joies
***
Un sein, légèrement dévêtu
Incite un regard perdu
***
C’est un instant divin
de voir ma femme
couchée entre mes mains



BRUXELLES

Ne ressentez vous pas sa douleur?
***
Bruxelles est une âme en pleur
Elle souffre des foules
qui piétinent son coeur
***
Notre ville était un rêve
Aujourd’hui, elle crie à l’aide
car peu à peu elle crève
***
Notre ville n’est plus nôtre
N’existe t-il rien qui à toute heure
peut engloutir les emmerdeurs
et nous rendre ce qui n’est pas à d’autres?
***
Il faut crever l’abcès
Il nous faut des gens qui osent
afin de garder nos accès
et retrouver un Bruxelles sans psychose
***
Bruxelles hurle de ne pas retrouver ses parents
Nous, ne restons pas devant l’écran
Rendons Bruxelles la Belle
à nos enfants
***
Notre vrai Bruxelles d’antan…



VOICI MA MISE A JOUR DE MON OPINION PERSONNELLE, UNE MERE EN QUETE SACRIFICIELLE

Du premier regard intime,
la peur se confie à elle
***
Une confession pour le moins ultime
qui, peu à peu, se confirme
***
Peur de perdre ce qui est pour elle le plus cher
Son enfant, c’est sa vie
Aujourd’hui, elle est mère
***
Errer dans l’adolescence
sans s’arrêter, sans un regard autour de soi,
on prend la vie en contresens
***
Devenir adulte
et revenir peu à peu sur ses pas
Il y a eu des moments de solitudes,
même des instants de pertes totales,
regrettant parfois le temps d’antan,
que chacun tiens pour soi
***
Voilà plus de deux ans que je suis Papa
***
Au premier regard intime
maintenant je peux comprendre
que toute sa vie,
une Maman donne la vie,
sa vie, et le meilleur d’elle-même
sans qu’aucune partie de son corps
ne demande à reprendre
***
L’amour d’une mère est éternel
Que ferait-on sans Elles?



CHUTE MENTALE

Pour remplir notre panse
il y a des gens qui crèvent cerfs et veaux
Moi pour oublier mes pensées
je me crève le cerveau
***
A quoi bon faire le beau,
conscient que ma lutte mentale
se bat contre la chute
d’une existence banale
***
Contre la falaise, aggripé à la roche,
Je regarde vers le haut
et suis aspiré vers le bas
Je sais maintenant que la lutte
est le reflet de soi
***
J’arrive en haut, faible et fier,
tourne le dos au diable de mon cerveau
Je reprends des forces et bois ma bière,
remplis ma panse avec du veau



MA SOURCE DE VIE

Me souvenant d’un hiver
Du haut de mes trois pommes
Je avais à peine cinq ans
***
Sous les ailes de mon grand-père
Des moments encrés dans ma mémoire
J’aimerais tant qu’il soit là maintenant



L'AME VOYAGEUR

Maman, j’ai trois ans
Haut comme trois pommes
jouant dans les champs de blé
je ne suis qu’un petit bonhomme
qui murmure à l’oreille d’une fée
***
Je ne vois plus souvent papa à la maison
Je ne comprends pas, ni le pourquoi
Mais je me dis qu’il y a une raison
***
Maman, j’ai huit ans déjà
Je comprends mieux maintenant
Je partage mon temps de toi à papa
C’est pas toujours dimanche, et pourtant…
***
Tu sais, on ne se verra pas durant un mois
Mais n’oublie jamais une chose
***
Ouvre bien tes oreilles Maman
Dans mon coeur je te garde une rose



UNIS-VERS-L'ETRANGE

L’art est un univers étrange
qui, parfois, excite ou dérange
***
Devant une toile, qui attend son visiteur
Mr. Dupont admire
Par contre Md. Leclaire ca lui fait peur
***
Une chose est sûre
ça ne laisse personne indifférent
Même si on n’aime pas la peinture
L’art se faufile entre les ailes du temps

 

UN AIR DE FAMILLE

“R” comme reconnaissable
“Air” comme avoir l’air
Qui se ressemble, s’assemble
***
“Air” comme l’air qui fait de nous des êtres vivants
sachant relativer tout en étant humbles
sans avoir l’air de faire des choses regrettables
***
Un air de respect envers des personnes que j’admire
pour l’amour qu’ils sèment
En vous murmurant à l’oreille
Je vous aime



OUVRE TES YEUX

Notre chemin est tracé
Même pour ceux qui ne veulent pas le voir
Gare au cerveau carré
Avant qu’il soit trop tard
***
En cours de route vers mon déstin écrit
je me réalise qu’il y a des sentiers cachés
qui ne demandent qu’à être pris



ONVOORWAARDELIJKE LIEFDE

Doelbewust en zelfzeker
dwaal jij door het labyrint des leven
Gewapend van je moed en wilskracht
doorklief je de hindernissen
met wat je is gegeven
***
“Onvoorwaardelijke moederliefde”
***
Groot verdriet heb je geleden
Groot verlies heeft je ontdaan
van een vader die al te graag
hier aan je zijde zou staan
***
Laat hem zien wie je bent
Laat hem horen wie je wordt
Maar maak ze allebei fier
En ga door het leven
Met je hand op je hart
Want het leven is veel te kort



SI

Si je te fais la morale
c’est pour entrenir mes cordes vocales
***
Si je te taquine
c’est pour émulser ton hémoglobine
***
Si je te demande pardon
c’est parce que j’ai été con
***
Si je t’invite sous les plumes
c’est pour t’emmener sur la lune
***
Si je te dis merci
c’est parce que tu fais partie de ma vie



L'ENCRE NOIRE

En un temps, un mouvement,
à l’encre noire, j’écris mes sentiments
***
Je trempe ma plume dans l’encre de mes yeux
C’est dans mes larmes,
sans gène, ni haine, ni regrets
que je puise mes sentiments secrets
***
Ce soir, je règle mes comptes à l’encre bleue,
l’encre de tes yeux
***
Bons sont mes comptes
Le sentiment me surmonte
***
Toi pour toujours
tu es mon seul amour
***
Rien n’est plus faux que de dire
que quand on aime, on ne compte pas
***
Moi je t’aime
et ce qui compte pour moi, c’est toi



CETTE CHOSE ETRANGE

Je me faufile à petits pas
entre les mailles du silence
avec cette indifférence, qui, du crépuscule à l’aube,
entache ma conscience
***
Dur de combattre cette chose étrange,
cette ombre sur moi qui brûle mon coeur
et le remplit d’émoi
***
La nuit tomba encore une fois
Je me retrouve
de moins en moins
entre çes bras
***
Enfin, le jour se lève,
elle ouvre ses paupières
Sur ce matin ensoleillé,
je garde les miennes fermées
***
Soudain, le chant d’une abeille
me murmure à l’oreille,
“Allons, leve toi!
C’est une belle journée,
le jour peut-etre,
ou tout va recommencer”



DE TOI A MOI

Une seconde sans toi,
je te fais une pensée
***
Une minute sans toi,
soixantes pensées sont passées
***
Un jour sans toi,
un jour a oublié
***
Une vie sans toi,
de toi à moi,
de moi à toi,
tu es ma moitié

Back to Top
Cookie-instellingen aanpassen

Beste gebruikers, deze site bewaart cookies op uw computer. Het doel is om uw ervaring op onze website te verbeteren en u tegelijkertijd meer gepersonaliseerde diensten aan te bieden.

Als u meer informatie wilt over de cookies die wij gebruiken, raadpleeg dan ons Privacybeleid. Door cookies te accepteren, stemt u in met het gebruik ervan. U kunt de instellingen van de cookies ook aanpassen.

Als u weigert, worden uw gegevens niet bijgehouden wanneer u deze site bezoekt. Er wordt slechts één cookie gebruikt in uw browser om uw voorkeur dat u niet gevolgd wilt worden te onthouden.

  • Instellingen aanpassen
  • Alle cookies accepteren en verdergaan naar de site